Amour et patriotisme (Tome IV), de René Forget

Dans ce quatrième et dernier tome, l’engagement de Lysandre comme journaliste politique l’amènera à suivre de près la radicalisation patriote. Lysandre sera ainsi témoin privilégié de l’emprisonnement des prisonniers patriotes à Montréal et de la pendaison de Chevalier de Lorimier. Plus tard, Lysandre se verra offrir la direction générale de l’Institut canadien par Ludger Duvernay, afin d’établir un réseau de bibliothèques au Bas-Canada pour rehausser le niveau académique et identitaire des Canadiens français. Ce virage de carrière l’amènera à enseigner la littérature à l’Université́ Laval, où là encore, elle fera œuvre de pionnière. Pour sa part, sa fille Charline de Lorimier voudra suivre ses traces, en s’impliquant dans l’émancipation des droits des femmes au Bas-Canada.

Bon sang ne peut mentir ! Nos sémillantes rousses, Violette, Lysandre et Charline, ont hérité des qualités de meneuse de Christine, qui continue jusqu’à un âge vénérable à être une figure de proue à Sainte-Élizabeth, en collaborant à la qualité́ de l’enseignement des filles au nouveau couvent et au bien-être des vieillards de l’hospice. Si le patriotisme est la marque distinctive de nos héroïnes, leur romantisme continuera toujours à nous surprendre et à nous faire vibrer.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *