La Mandragore, de Bernard Marcoux

« Suivez cette magnifique œuvre d’art La Mandragore et vous découvrirez un père » Tel un thriller, cette maxime pourrait résumer l’intrigue à la fois policière, psychologique, artistique et littéraire de ce nouveau roman de Bernard Marcoux.

Un, deux puis trois enlèvements à Radio-Canada mettent les médias en alerte. Les principaux protagonistes semblent suivre la trace d’une représentation artistique mystérieuse : celle d’une plante aux pouvoirs souvent maléfiques mais bien réels.

Qui la détient? Quel est ce pouvoir auquel les couples peuvent difficilement résister ?

À travers leurs diverses recherches, les protagonistes font de superbes rencontres, côtoient la mort ou voyagent dans des lieux idylliques mais se retrouvent toujours face à leur destin dont la tournure peut totalement changer, juste sur un regard, une parole, un instant…

Les femmes revendiquent leur liberté mais aussi le droit à l’amour. Fidèle à ses habitudes, Bernard Marcoux leur accorde ici une place importante.

Cet ouvrage intrigant mêle la poésie et l’action, le suspense et l’amour, le destin et le libre-arbitre, un passé difficile et l’espoir d’un futur harmonieux et ensoleillé.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *