Jutras Jeanne

 

Jeanne Jutras fut enfant de l’Abitibi mais elle habite la région de Saint-Jérôme
depuis plus de 30 ans.
Romancière, elle s’adonne aussi à la poésie avec grand bonheur. Madame
Jutras est retraitée de l’enseignement au secondaire où, à Amos, elle a exploité
la poésie de Félix Leclerc, celle de Gilles Vigneault et celle de Jacques Michel,
entre autres, en initiation poétique avec ses élèves. Elle a aussi enseigné au
secondaire à Saint-Jérôme, durant plusieurs années.
Membre de l’Association des auteurs des Laurentides, elle a publié deux
romans : Corona, ma mère (2010), Lucie l’enfant étrange (2013) et un recueil de
poésie : La Quintessence de ma vie (2011), à La Fondation littéraire Fleur de Lys
de Lévis, Québec
Madame Jutras fut coordonnatrice pour Poésie Académie qui offre encore avec
grand succès un micro ouvert aux poètes adolescents et adultes de la région, à
Saint-Jérôme, depuis le 19 mars 2013.
«  Ma poésie s’avère réponse à un élan naturel du cœur jumelé à un
jaillissement imprévisible de l’âme. Chaque prise de conscience de la beauté et

de la bonté du monde me procure un état de gratitude sans borne à l’égard du
Grand Programmeur de la vie », avoue madame Jutras.

 

Courriel: jeannejutras@gmail.com

 

 
 
Corona, ma mère
ISBN  978-2-89612-353-7, roman  historique, 2010,  prix 24.95$
Édition : Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec
 
D'abord exclusivement privés et thérapeutiques, mes écrits se mouillèrent souvent de larmes: je guérissais de mon père en ravivant des souvenirs douloureux. Puis, je me mis à nourrir l'idée de changer le destin de maman par le biais d'un roman.L'héroïne de ce roman vivote sur une terre de colonisation, en Abitibi, au début des années 40. Sur une période de deux ans, une tranche de la vie colorée de Corona dévoile toutes les nuances de son faisceau de sentiments contradictoires à l'âme du lecteur.On est catapulté dès la mise en situation dans l'histoire de la colonisation. Une étrange visite bascule soudain la vie de cette jeune femme battue par son mari.La connivence de Corona avec ce bon vieux temps que l'on dit paisible l'entraîne dans un long suspense aux répercussions imprévues. Ma propre mère se prénommait Corona et a effectivement habité Évain, en Abitibi, de 1944 à 1950. Par le truchement de ce roman, je la ressuscite et l'incite à se soustraire, grâce à la magie des mots, à la dure réalité que fut sa vie.
 
 
 
 
 
Lucie, l'enfant étrange
 
ISBN  978-2-89612-428-2, roman fantastique, 2013,  prix 24.95$
Édition : Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec
 
Le destin mystérieux de Lucie surprend le lecteur par son évolution rapide, de suspens en suspens.La jeune fille découvre d'abord puis, apprend à gérer les dons magiques qui lui sont dévolus.Cette histoire fantastique peut nous inciter à une réflexion en profondeur  relativement aux grandes questions existentielles.Grâce à Lucie, cette enfant de la Lumière, le lecteur a tendance à accéder peu à peu à l'éclat de sa propre âme qui connaît sans doute toutes les réponses aux questions qui se bousculent pêle-mêle dans sa conscience.Que d'énigmes, que d'énigmes, que d'énigmes, soupire avec nous Lucie, l'enfant étrange, en vaillante chercheuse qui défie audacieusement le doute.
 
 
 
 
 
La quintessence de ma vie
 
ISBN   978-2-89612-374-2, 2011,  prix 24.95$
Édition : Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec
 
 

Ma poésie s’avère réponse à un élan naturel du cœur jumelé à un jaillissement imprévisible de l’âme. Chaque prise de conscience de la splendeur de notre monde visible provoque en moi une réaction en chaîne, un crescendo de gratitude envers le Grand Programmeur. Je ne compose pas un poème : il s’écrit de lui-même. Les vers s’alignent ainsi, presque miraculeusement, exprimant la quintessence de ma vie.

 
 
 
 
Corona au Lac Castagnie
 
ISBN  978-2-89612-584-5, roman historique,  2020,  prix 24.95$  ( suite à Corona, ma mère)
Édition : Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec
 
 

À la demande de nombreux lecteurs qui m’ont incitée à écrire une suite à  mon premier roman, Corona, ma mère, voici les péripéties de la vie de Corona en pays de colonisation qui se poursuivent  dans le pittoresque village de Lac Castagnier situé dans la région d’Amos, en  Abitibi,  vers 1950.

À la fois historique et romancée, la vie résiliente de Corona  est un peu celle de toutes les mères vaillantes  qui ont écrit notre histoire. 

Corona, veuve,  retrouvera-t-elle son amant  de façon inattendue? Qu’advient-il de ses enfants? Jusqu’où la mènera son destin? Vous revivrez avec des détails précis  cette existence paisible de l’époque, au fond des rangs de campagne, avec son lot de  bonheurs et de tracas.

Aujourd’hui, disparus le monastère et l’église en pierres des champs que le curé Lapalme utilisait pour rassembler ses ouailles. Quelques rares amoureux du passé habitent encore autour du majestueux lac Castagnier qui a survécu à la succession de colons ukrainiens, polonais et québécois qui l’ont tour à tour délaissé pour d’autres cieux plus prometteurs.

Ce roman vous fera revivre des souvenirs incroyables qui s’estompent implacablement dans le passé.

Ce village maintenant annexé à la municipalité de La Morandière ne semble plus qu’un souvenir dans la mémoire de tous ceux et celles qui l’ont habité dans une période plus prospère. 

 


 
 

 

 


Il n'y a aucun produit à lister dans cette catégorie.