Houde Diane

 

 

Diane Houde est née à Montréal en 1955. Elle est l’aînée d’une famille recomposée. Fille d’un père italien et d’une mère québécoise, son enfance est atypique.

Comme son besoin de s’exprimer est vital, elle développe en bas âge plusieurs champs d’intérêts tels que la danse, le théâtre, la poésie, et le dessin. Au cégep elle participe également à des compétitions de gymnastique et de volleyball.

En 1975, elle s’inscrit à l’Université McGill dans le but d’obtenir un baccalauréat en Arts. En 1976, elle est admise à un programme d’études à l’étranger au Mexique.

De retour au Québec, en 1977 elle débute une carrière en gestion dans le commerce au détail. En 1982, elle donne naissance à sa fille. De 2002 à 2015, elle vit entre Calgary et Toronto et œuvre à titre de première femme v.-p. directrice principale des magasins pour le Canada.

En 2015, elle prend sa retraite dans les Laurentides. Elle part ensuite en Australie/Nouvelle-Zélande pour une durée de trois mois. Ce voyage marquant lui permet de trouver sa voie artistique et en 2016, elle décide de se consacrer à temps plein à son art et ouvre son atelier la boîte à couleurs.

De 2017 à 2020, ses œuvres font l’objet d’expositions et de reconnaissances au Québec et sur la scène internationale. Parallèlement, afin de se perfectionner, elle séjourne dans des résidences en France et en Italie avec divers mentors dans le milieu.

Entre temps, Diane continue de développer sa carrière d’artiste peintre et de faire rayonner son œuvre au-delà des frontières.

En 2022 elle écrit et publie, Créer un point à la fois…l’art aborigène a changé ma vie.

 

Tout a débuté en 1995 suite à la lecture du livre Message des hommes vrais au

monde mutant de Marlo Morgan. Dès lors, je me suis promis de faire un voyage

en Australie. Hors c’est dix ans plus tard que j’ai réalisé mon rêve. J’ai eu le

privilège de passer deux mois en Australie (incluant la Tasmanie) et un mois en Nouvelle-Zélande. La nature exceptionnelle de ces trois endroits enchanteurs à une place de choix dans mon cœur. Les jours passés dans le désert sont devenus le théâtre de mes premières expériences avec la vie aborigène. Ces derniers m’ont permis de découvrir le vrai et l’essentiel, soit le peuple aborigène et leur art. La relation qui existe entre ce peuple et son environnement m’a impressionné et conscientisé sur la nécessité de protéger la nature et les traditions ancestrales. Par exemple, la vue des hautes tiges desséchées d’herbes de sable coincées parmi les rochers et survivant malgré la sécheresse du désert, m’a réellement émue. J’ai également été séduite par l’énergie et le sourire du peuple aborigène. Les couleurs vivantes du désert ont transformé l’artiste en moi. 

 

L’initiation à l’art aborigène m’a permis de mieux comprendre leurs origines. C’est à la suite de rencontres et de démonstrations avec des artistes locaux que j’ai été conquise par cette forme d’art. D’ailleurs, j’ai incorporé dans ma pratique artistique certaines de leurs techniques comme débuter mes œuvres sur un fond noir et utiliser la méthode du pointillisme. Ce style continue de m’enrichir aussi sur le plan personnel. Le pointillisme m’apprend à être davantage dans la trajectoire de la création que dans le résultat et à rester connectée au moment présent. Ainsi, je m’efforce à être plus créative en gardant une perspective venant du ciel. 

 

Ce coup de foudre pour la culture aborigène a suscité en moi le besoin de leur rendre hommage par l’entremise d’un livre. Voilà pourquoi j’ai écrit Créer un point à la foisl’Art aborigène a changé ma vie.

 

Je souhaite donc vous partager les émotions telles que je les ai vécus. Quelque part au cœur du désert australien, persiste la pulsation d’une vie ancienne et lente. Un groupe de gens, les anciens, que je représente dans mes œuvres comme « Les ancêtres » se préoccupent jusqu’à ce jour des autres et de l’environnement. Même si leur vie est aride, ils sont riches spirituellement. Certains groupes d’aborigènes du désert situé au centre de l’Australie se désignent eux-mêmes par le mot « Anangu » qui signifie, humain. La compréhension de ce peuple ouvre la porte sur un grand voyage intérieur... 

 

En conclusion, vous vivrez la transformation que j’ai vécue comme artiste peintre. Vous serez en mesure de témoigner du changement qui s’est concrétisé en découvrant les œuvres nées de la pandémie. 


Il n'y a aucun produit à lister dans cette catégorie.